La FTD est fréquemment diagnostiquée à tort comme la maladie d'Alzheimer, la dépression, la maladie de Parkinson ou une maladie psychiatrique. En moyenne, il faut actuellement 3,6 ans pour obtenir un diagnostic précis.

Diagnostiquer la DFT

À l'exception de causes génétiques occasionnelles, il n'existe aujourd'hui aucun test permettant de diagnostiquer avec certitude la DFT. Le diagnostic de DFT nécessite une anamnèse approfondie, vérifiée par un soignant, et un examen neurologique.

Comme avec d'autres maladies dégénératives, FTD présente un début insidieux et progresse au fil du temps. Lorsque le diagnostic est incertain, une référence à un neurologue s'intéressant à la cognition et au comportement et/ou à un neuropsychologue gériatrique est indiquée.

Tous les patients doivent subir un dépistage de l'apnée obstructive du sommeil (AOS), car les dysfonctionnements exécutifs et les changements de comportement sont fréquents dans l'AOS. Si les caractéristiques classiques de l'AOS sont présentes (par exemple, ronflements bruyants et perturbateurs, reniflements et pauses apnéiques pendant le sommeil, oropharynx encombré, somnolence diurne excessive, désaturations répétitives à l'oxymétrie nocturne), alors l'orientation vers un spécialiste en médecine du sommeil et une polysomnographie sont indiquées.

Des analyses de sang doivent être effectuées pour exclure d'autres causes de symptômes cognitifs, y compris un panel métabolique de base, des études CBC, RPR, ESR, B12 et thyroïdiennes. Les facteurs de risque vasculaire doivent être évalués. Les infections (y compris le VIH), les démences d'origine immunitaire et les étiologies néoplasiques/paranéoplasiques sont parfois des causes ou des contributeurs importants et doivent être prises en compte.

Lorsque les antécédents familiaux sont positifs, des tests génétiques du patient diagnostiqué peuvent être entrepris. Il est recommandé que la personne consulte d'abord un conseiller en génétique pour s'assurer qu'elle comprend les implications de ce test. Les patients et leurs familles peuvent être dirigés vers la page de l'AFTD sur la génétique de la FTD pour plus d'informations.

Tests neuropsychologiques

Une évaluation complète des tests neuropsychologiques devrait être utilisée pour mieux évaluer le modèle de perte cognitive chez un individu suspecté d'avoir une DFT et pour aider à exclure les étiologies psychiatriques des symptômes d'un individu. Les tests neuropsychologiques de dépistage prennent plusieurs heures et sont effectués par un neuropsychologue (ou parfois sous la direction d'un technicien en neuropsychologie). Il fournit des preuves supplémentaires à l'appui du diagnostic de DFT, en gardant à l'esprit que certains patients fonctionnent dans des limites normales lorsque les caractéristiques sont légères. Lorsque l'APP est suspectée, une évaluation complète par un orthophoniste est justifiée.

Imagerie cérébrale

L'imagerie cérébrale est indiquée chez tous les individus présentant des symptômes de DFT pour exclure les causes structurelles. L'IRM identifiera l'ischémie des petits vaisseaux, les hématomes sous-duraux, les tumeurs stratégiquement placées et l'hydrocéphalie. De plus, le schéma d'atrophie cérébrale peut étayer le diagnostic. Une « atrophie en lame de couteau » sévère des lobes temporaux frontaux et/ou antérieurs peut être observée. Celle-ci est souvent asymétrique. Il y a souvent une relative épargne des régions postérieures de la tête. Cependant, de nouvelles recherches indiquent que l'atrophie du lobe pariétal se retrouve dans de nombreux cas génétiques.

L'IRM est plus sensible pour évaluer les modifications vasculaires et les schémas subtils d'atrophie, mais elle oblige un individu à rester immobile pendant 15 à 30 minutes. Si la personne est incapable de tolérer cela, ou si elle est gravement claustrophobe, un scanner peut être plus réaliste. Si l'IRM ou la tomodensitométrie ne montre pas d'atrophie et que le diagnostic reste incertain, une tomographie par émission de positrons au fluorodésoxyglucose (FDG-PET) ou une tomodensitométrie SPECT (single proton emission CT) peut être envisagée. Les scanners FDG-PET sont plus spécifiques, mais sont coûteux. Ils montrent des changements fonctionnels dans le métabolisme cérébral du glucose et sont souvent positifs plus tôt que les IRM. L'examen SPECT est moins coûteux, mais il reflète davantage le flux sanguin que les changements métaboliques et est ressenti comme moins sensible à la FTD.

La FDA a approuvé 3 versions différentes d'un traceur PET pour l'amyloïde - actuellement utile pour le diagnostic de FTD en tant qu'analyse négative excluant la maladie d'Alzheimer.

Autres tests

La ponction lombaire est un autre examen permettant d'exclure des affections mimantes (infection, étiologies immunitaires, syndromes carcinomateux et paranéoplasiques). La mesure du phospho-tau, du tau total et de la bêta-amyloïde dans le LCR peut parfois étayer le diagnostic de DFT par rapport à la maladie d'Alzheimer. Comme il s'agit d'une procédure invasive, la valeur des informations supplémentaires à obtenir doit être discutée avec le patient et sa famille.

Les tests électrophysiologiques sont parfois justifiés chez les patients avec une DFT possible. Le modèle de changement dans l'électroencéphalographie n'est pas spécifique dans la DFT ; souvent le test est normal. Il peut être utilisé pour exclure les crises non épileptiques et d'autres troubles systémiques (hyperammoniémie) ou infectieux (prion). Bien que non spécifique, ce test est facilement obtenu dans de nombreux hôpitaux, est moins coûteux et relativement non invasif. L'électromyographie est inconfortable, mais peut être indiquée dans les cas où une maladie concomitante du motoneurone est suspectée.

Le rôle des spécialistes

De nombreux médecins de soins primaires sont mal à l'aise de poser le diagnostic de DFT. Compte tenu de la nature peu courante de la maladie et des implications d'un diagnostic incorrect, il est raisonnable d'orienter les personnes suspectées d'avoir une DFT vers un centre spécialisé dans les troubles cognitifs. La plupart d'entre eux sont dirigés par des neurologues, bien qu'un psychiatre gériatrique ou un gériatre intéressé puisse également être approprié. Les psychiatres sont utiles lorsque les problèmes comportementaux ou émotionnels sont prédominants. Les gériatres sont souhaitables chez les patients âgés atteints de DFT avec des comorbidités médicales concomitantes.

Certaines personnes recherchent des services de réadaptation. Ceux-ci sont appropriés lorsqu'il existe des incapacités fonctionnelles dans la communication (orthophonie), la mobilité (kinésithérapie) ou les soins personnels (ergothérapie). Les thérapies cognitives sont parfois appropriées lorsque des tâches spécifiques doivent être apprises. Une référence pour des stratégies de gestion comportementale peut également être utile pour les soignants puisque la plupart des personnes atteintes de DFT sont plus fonctionnelles dans un environnement structuré et cohérent.

Aucun médicament n'est approuvé par la FDA pour la gestion des caractéristiques liées à la FTD. Dans certains cas, comme lorsqu'un trouble du contrôle du comportement ou une irritabilité marquée est présent, les médicaments peuvent diminuer ces caractéristiques. La gestion des caractéristiques problématiques de la DFT est difficile, et il est fortement conseillé d'établir une relation de travail entre un médecin de soins primaires et un neurologue cognitivo-comportemental ou un psychiatre, ainsi qu'un neuropsychologue spécialisé dans les modes non pharmacologiques de gestion du comportement.

Importance de la pathologie

Un diagnostic définitif de DFT ne peut être posé que post-mortem par autopsie du cerveau. La confirmation du diagnostic est importante pour les familles et pour l'avancement de la recherche. L'évaluation par autopsie d'un patient atteint de DFT peut être intimidante pour un pathologiste généraliste. Bigio (voir ci-dessous) fournit une approche d'investigation histochimique et immunohistochimique par étapes pour le pathologiste généraliste effectuant une autopsie sur une personne décédée atteinte de DFT.

Les troubles FTD sont identifiés par leurs symptômes cliniques qui se présentent comme des changements comportementaux/cognitifs, ou des déficits du langage, ou un déclin de la fonction motrice. La biologie sous-jacente de ces diagnostics cliniques est variée. De nombreuses personnes touchées présentent des symptômes qui se chevauchent, en particulier à mesure que la maladie progresse.

Deux protéines s'agrègent le plus souvent dans les cellules nerveuses dans les troubles FTD - la protéine tau ou la protéine TDP-43. Ce sont les caractéristiques pathologiques déterminantes de la FTD.

Références clés